Tout en bouche

Tout en bouche

Astuces légères pour préserver le plaisir

   

Quand on décide de perdre significativement du poids (comme spritz, à droite) alors qu’on est passionnée

 

 

de cuisine et gastronome (comme moi, lui les causes sont plus floues), on se retrouve vite face à un impératif extrêmement basique finalement : comment continuer à se régaler en limitant au maximum l’apport énergétique

Parce-que moi, manger pas bon, ça n’est pas possible, ça me tend, ça me met d’une humeur de merde, ensuite ça me déprime… bref c’est pas possible quoi, pour moi, pour les autres, pour tout.

 

Alors il a fallu que petit à petit je trouve ces astuces qui m’ont changé la vie.

Elles m’ont changé la vie parce que j’ai réussi à me faire à manger bon en maigrissant. Je veux dire vraiment bon, même parfois meilleur qu’avant.

L’autre effet kisscool, c’est qu’en appliquant ces règles de manière systématique dès que c’est possible, eh bien ça laisse une « marge » significative pour se faire de gros kifs à côté… Et que donc ça permet de prendre plus de plaisir au global, y compris quand on ne veut pas maigrir mais juste prendre soin de soi.

Un exemple simple que je répète souvent à ma maman « je préfère manger un morceau de fromage que mettre trois cuillères d’huile dans ma poêle »… Ca paraît idiot mais ça marche pour tout.

 

Le principe qui drive tout est simplissime : limiter les calories qui ne rendent pas bon, maximiser les ingrédients légers qui en donnent.

Je vous donne ici  mes astuces, certaines que vous connaissez sûrement déjà, mais ça peut toujours servir ;-) Je les complèterai au fur et à mesure  et si vous en avez, surtout surtout envoyez-les nous à l’adresse du blog !

 

 

Astuce N° 1 : Optimisation du gras de cuisson

 

Oui, oui, comme le dit Karadok, le gras c’est la vie. Le gras c’est bon. Le gras est aussi un exhausteur de goût et un grand facilitateur de cuisson

Et si un jour je reviens sur ces propos et que je dis que le gras c’est pas bon, faites-moi une faveur, abrégez mes souffrances, et tirez moi une balle dans la nuque

Néanmoins, une fois qu’on a dit ça, et vu que l’objectif ici est de donner les feintes pour manger plus léger sans s’en rendre compte, soyons clairs : limiter la graisse ajoutée dans la cuisson des plats est un des principaux axes

Axe d’autant plus intéressant qu’en réalité, la plupart du temps ça ne change pas vraiment le goût des plats

Voici déjà un petit ordre de grandeur juste pour que vous soyez convaincus par l’intérêt du truc (ouais, je vous sens assez peu convaincus à ce stade, je le sais, moi ça me paraissait assez foireux comme idée…) : une cuillère à soupe d’huile (n’importe laquelle hein, on arrête avec les conneries du genre c’est de l’huile d’olive ça fait pas grossir. On a juste dit que ça faisait moins mourir les crêtois, pas que ça faisait pas grossir du fondement), ou 10 grammes de beurre (soit le petit rectangle merdique des hôtels qui ne suffit même pas à se faire une vraie bonne tartine) c’est l’équivalent, en gros, en calories : d’un steack haché de 100 grammes à 5% de matière grasse, de 2 tranches de jambon blanc découenné (couenne : machin gras avec un bout dur foncé autour), d’un gros œuf, d’un morceau de comté de 30 grammes, d’un morceau de bonne baguette qui craque de 40 grammes, d’un blanc de poulet de 120 grammes, d’un mini cône de glace, et je ne parle pas des légumes verts dont il faudrait ingérer des portions de bovin pour arriver au compte

Bref vous avez compris l’idée : c’est de réserver l’huile et le beurre pour les cas où ça a vraiment du goût, en gros quand le jeu en vaut la chandelle

Et comme je l’ai dit,  l’idée c’est qu’en réalité, dans une grande majorité de plats, le gras de cuisson n’est pas le principal vecteur de goût mais juste un facilitateur de cuisson

Soyons clairs : des saint jacques au beurre, des tomates ou des légumes grillés avec une bonne huile d’olive, une baguette fraîche avec du beurre c’est le bonheur

Raison de plus pour garder le gras pour les cas où il est vraiment délicieux

Pour passer en mode « ok mais comment on fait alors ? » :

  • Quand vous cuisinez à la poêle, 3 choses très simples :
    • Utilisez des poêles anti adhésives de qualité. Elles dureront plus longtemps, conduiront mieux la chaleur, et limiteront drastiquement la quantité de gras nécessaire à la cuisson
    • Badigeonnez votre poêle avec un essuie tout imbibé d’huile de cuisson (celle que vous aimez) , ou utilisez un pshit, et oubliez les images glamourisantes d’une huile d’olive soit disant produite depuis des siècles par des papys italiens et qu’on verse voluptueusement dans la poêle. Nan, ça peut pas être glamour, ça fait des grosses fesses, et ça me ferait bien ch… (pardon mais bon….) que la sublime brune qui la verse sur ses tomates en mange souvent, je vous le dis ….
    • Ralentissez un peu le rythme de cuisson. Ok, c’est la partie un tout petit peu moins pratique, mais ça allonge à peine la durée de cuisine de quelques minutes et le gain est énorme. Tout est détaillé dans chaque recette, mais en gros, vous lancez la cuisson un peu fort les deux ou trois premières minutes pour saisir ou caraméliser, mas très vite vous baissez le feu et ajoutez un tout petit peu d’eau… je peux vous promettre sur la tête de tout le gras que j’aime qu’on peut faire caraméliser des oignons et griller un filet de poulet quasiment sans gras
  • Quand vous cuisinez au four :
    • Alors là c’est encore plus simple, la cuisson au four, en soi, ne nécessite pas de gras ou très peu. La plupart du temps, ajoutez un peu d’eau au fond du plat de cuisson pour éviter que ça brûle, ce que de toutes façons on est amené à faire y compris en ayant mis du gras
  • Vous voulez manger des frites ou des nems ?Eh ben là il y a l’arme magique. Vous faites comme                                                     la maman de ma copine Lulu, vous achetez une de ces friteuses sans huile magiques qui font les frites avec une cuillère à soupe d’huile. C’est pas tout à fait pareil mais c’est quand même vachement bon

 

 

 

 

 

 

Astuce N° 1 bis : le remplacement du gras de cuisine par du gras avec du goût

 

Encore une fois, il n’est pas question de remettre en question le merveilleux goût de l’huile d’olive sur des tomates en été ou d’un beurre fermier sur sa baguette qui craque. Il n’est pas question d’assassiner la sauce au beurre blanc qui est ma sauce préférée du monde entier et que je pourrais tuer pour la saucer avec mon pain ;

Il est question de remplacer le gras de cuisson quand il ne sert qu’à permettre la cuisson par autre chose avec du goût.

Vous mettiez du gras pour faire cuire vos œufs au plat ? Mettez une ou deux très fines tranches de bacon au fond de vot

re poêle sous vos œufs, ils ne colleront pas

 

 

 

Vous mettiez un peu d’huile au fond du plat de courgettes ou de fenouil que vous passez au four ?

Râpez donc 10 ou 15 grammes de parmesan affiné, ou mettez une cuillère de chèvre frais,

et votre plat prendra un tout autre goût

 

 

 

 

 

 

 

Pour vos salades, n’hésitez pas à aller sur des huiles variées, fortes en goût, le marketing moderne nous en inonde, parfois ça a du bon : huile de noisette, huile de noix, huile d’avocat, huile de pistache …. Il y en a plein, et elles permettent de varier la saveur des plats de manière très agréable

 

 

 

Astuce n°2 : l’inversion des proportions d’aliments

 

La faim et la gourmandise sont énormément influencées par la perception visuelle de ce que l’on mange, et par la quantité de nourriture qu’on ingère… ah oui je vous entends rigoler genre « ouais ouais alors c’est super révolutionnaire ton truc, plus on mange beaucoup moins on a faim »

Ne riez point, mécréants wink

 

J’ai un très gros appétit, vraiment j’ai besoin de manger beaucoup et surtout j’ai besoin d ‘être rassurée sur le fait que je vais sortir de table bien rassasiée… moi les assiettes avec une crevette et trois radis ça peut vite m’agacer

Le principe d’inversion des proportions d’aliments vise à aménager un plat de manière à maintenir et sa quantité et sa saveur en allégeant son apport énergétique

 

Les exemples typiques sont les plats à base de riz, de pâtes, et plus généralement de féculents et légumineuses qui sont délicieux et souvent très nutritifs mais ont en général un pouvoir énergétique élevé

Prenons les pâtes. Moi, comme ça spontanément, si vraiment j’ai envie de me faire plaisir, je mange 100 à 150 grammes à l’aise. Autant dire qu’avant même d’avoir mis quoi que ce soit dessus, j’ai déjà mis plus de 400 calories dans mon assiette…

Maintenant, je prends 60 grammes de pâtes, et je me prépare des sauces en quantité, que je congèle en portions individuelles, ou que je me fais ensuite dans la semaine avec du riz, du quinoa…

 

Exemple typique : une sauce de pâtes à base de deux oignons entiers, d’une quarantaine de grammes de poitrine fumée dégraissée, de quatre courgettes,  de deux cuillères à soupe de chèvre frais, de champignons frais, et de coulis de tomates, des herbes, de l’ail …. Bref ça vous fait trois repas. Vous mettez 60 grammes de pâtes et je vous JURE que vue la quantité de légumes et les saveurs, vous aurez plus de plaisir et la même sensation de satiété, pour environ 350 calories

Ca a été moulte fois testé sur des amis qui ne s’en sont jamais rendu compte ;-)

 

 

 

 

C’est aussi simple que ça la substitution, ça marche dans les riz sauté avec plein de légumes, dans les poêlées de pommes de terre à mettre avec des oignons, des champignons, des carottes ….

J’ai même fait un hachis Parmentier en mettant moitié purée de carottes moitié purée de pommes de terre, ça rend le plat plus onctueux et plus fin…

 

  

 

 

 

 

 

Astuce N°3 : l’utilisation massive des herbes, des aromates, des épices, des condiments

 

Alors ça paraît évident mais ça va toujours mieux en le disant et en le redisant

Les herbes et les épices donnent énormément de goût aux plats et peuvent éviter le recours un peu automatique au beurre,  à la crème, ...

Identifiez celles que vous aimez et usez en et abusez en dans vos plats.

Une omelette à la ciboulette, une salade de tomates au persil, des haricots verts sautés à l’ail, un riz sauté au safran, du poisson au curry et à la coriandre, du bœuf sauté au poivre vert et au basilic…

 

 

 

 

 

 

Astuce N°4 : Privilégier les aliments les plus légers en matières grasses et puissants ou agréables au goût de leur catégorie

 

Parmi tous les aliments, il y en a qu’on kiffe et qui sont vraiment caloriques, et bon ben on les mange, mais il y aussi des aliments qui nous apportent autant de plaisir et dont certains sont beaucoup plus légers que d’autre. Et dans ce cas, j’ai envie de vous dire, pourquoi se faire mal sans raison

  • Pour les fromages, privilégiez les fromages très gouteux à ceux qui sont très gras et fades : le parmesan frais au fromage râpé dégueu en sachets, le chèvre frais aux fromages frais type saint morêt, les fromages ultra affinés à mettre sur les légumes, les pâtes, le riz … et dont une micro portion suffit à parfumer tout un plat
  • Pour le bœuf, privilégiez le bifteck ou le filet de bœuf à l’entrecôte
  • Pour les charcuteries ou assimilées, privilégiez le speck, le jambon cru,

     la viande des grisons, le lomo au saucisson, chorizo, saucisses …
  • Pour les viandes en général, privilégiez les pièces maigres : filet mignon                                     ou rôti de porc, blanc de poulet, aiguillettes de canard, rôti de veau                                           ou pièces de veau,…
  • Pour les poissons, privilégiez les poissons blancs ou le thon au saumon
  • C’est un peu cher, mais vous pouvez y aller sur les crevettes, les langoustines,                           les gambas, le crabe, la langouste, le homard, les saint jacques
  • Privilégier la noix de coco râpée au lait de coco, plus de goût et moins de gras
  • Privilégiez toujours les fruits entiers aux jus, dans vos préparations et en général : zestes, pulpe, chair …

 

Astuce N° 5 : Abuser de toutes les petites tricheries que les raffinements marketing de l’industrie agro-alimentaire nous autorise

 

Et oui et oui, et Dieu sait que je trouve que cette industrie agro-alimentaire dans son ensemble a plutôt mis en place tout ce qu’il faut pour nous transformer en gorets pétés d’hypertension, et au passage pourrir la planète en appauvrissant l’agriculture au passage

Et je préférerais à terme ne plus m’en servir et je progresse…

 Mais il n’en reste pas moins que dans notre optique de légèreté ( et en attendant d’avoir tout pété ce que nous ne manquerons pas de faire parce que quand même, c’est pas parce qu’on a envie de rester beau qu’on n’a pas aussi une conscience hein … bref je m’égare ) certaines petites inventions aident pas mal : la crème allégée, le lait écrémé, les fromages allégés, les ersatz de saucisson dégraissés type délice de Saint Agaune, les yaourts allégés, les nouilles de konjac, les bouillons tout prêts…

Il y a un truc pas possible de mon point de vue mais ça n’engage que moi, je passe ma vie à me fritter avec Momo et Mumu (mon papa et ma maman …) à ce sujet, c’est le beurre allégé et les margariines machin… . C’est pas bon, c’est pas possible. M’enfin vous faites bien ce que vous voulez mais vraiment c’est pas bon

 

 

Astuce N° 6 : boostez les assaisonnements de type moutarde, vinaigre, condiments asiatiques, cornichons, légumes au vinaigre, citrons confits,...

 

Globalement on est là sur des catégories d’aliments très pauvres en calories, et très puissants en goûts

A titre personnel, je fais maintenant ma vinaigrette avec une cuillère à soupe d’huile (d’olive, de noisette, d’avocat … plutôt avec du goût), une cuillère à soupe de moutarde, deux cuillère à soupe de vinaigre de cidre (plus doux) et des herbes au choix… C’est donc ultra pauvre en graisses et en calories

Je mets de la sauce soja et de la sauce d’huitres sur des légumes vapeur pour les manger avec mes viandes et du riz au jasmin

Mon tagine aux citrons confits fait le régal de mes amis, alors que les citrons confits sont presque inoffensifs pour votre poids…

 



27/02/2018
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres